jeudi, 26 janvier 2012

La spiruline, l’aliment du 3e millénaire

La spiruline est un micro-organisme, capable de photosynthèse et se reproduisant rapidement ; son nom vient de l’aspect de filament spiralé qu’il présente au microscope ; sa dénomination scientifique est Arthrospira platensis. La spiruline fait partie des cyanobactéries, premiers organismes apparus à la surface de la Terre, il y a plus de 3 milliards d’années…

Depuis vingt ans, en Chine, la spiruline a été élevée au rang d’aliment national ; son développement soutenu, des exploitations à échelle industrielle se sont multipliées comme aux États-Unis ou en Inde. L’avenir et le potentiel de la spiruline ne sont plus à démontrer, toutefois son mode de production est l’enjeu actuel pour répondre à la demande croissante.

A contre courant de ces grosses productions, un « business-modèle français » a émergé en favorisant des fermes décentralisées, à échelle humaine et privilégiant les circuits courts. D’une dizaine de producteurs Français en 2005, leur nombre dépasse maintenant soixante dix, principalement basés dans les trois régions du sud du pays : Languedoc Roussillon, PACA et Midi Pyrénées.

La Spiruline, une filière émergente

  • Historique ( en France)

En 2005, à l’initiative de M Claude Villard, une initiation-formation sur la culture de spiruline voit le jour au CFPPA de Hyères dans le var. Dès 2006 une dizaine de producteurs s’installent et rapidement ce nombre progresse, aujourd’hui le nombre d’installations annuelles est estimé à plus d’une vingtaine.

Sur la demande de la FNAB, en juin 2009, une quarantaine de producteurs se réunissent à Avignon, pour statuer sur le cahier des charges biologique de la profession. Le constat est immédiat : la profession a besoin de se structurer, établir le cahier des charges, élaborer les normes collectives de production, et se positionner devant les importations incontrôlées toujours plus massives.

La première journée de la spiruline et du développement durable est organisée en octobre 2009 dans l’Hérault réunissant : ONG, scientifiques, organisme formateur, et producteurs. Ils décident a l’unanimité de créer : « LA FEDERATION DES SPIRULINIERS DE FRANCE », ce terme définit les producteurs de spiruline indépendants de France.

Depuis la création de la formation - initiation au CFPPA de Hyères, le nombre de producteurs augmente de 20 % par an, le nombre de producteurs est estimé à plusieurs centaines dans les cinq années à venir. Cette production ne représente pourtant que 10 à 20% de la consommation française. Le reste est couvert actuellement par les importations industrielles non contrôlées. De plus, la croissance de la consommation actuelle est estimée à 10% par an, en sachant qu’aucune campagne commerciale, n’a jamais été réalisée. Cette croissance est le résultat de l’information entre producteurs et consommateurs.

  • Programme de développement de la filière

La création de cette filière est un exemple de développement agricole spontané, unique en Europe, réparti sur les deux tiers des régions Françaises. La Fédération des Spiruliniers de France a déposé ses statuts en Décembre 2009. C’est une jeune fédération en pleine structuration qui réunit 80% des producteurs.

La Fédération et son programme 2011-2013, cinq actions prioritaires ont été définies :
1. Structurer le groupement des producteurs,
2. Mettre en place la démarche qualité chez les spiruliniers français,
3. Améliorer les modes de culture actuelle (ingénierie, écologie),
4. Elaborer un Cursus de Formation de Spirulinier et sensibiliser le public,
5. Échanger avec la filière dans les pays du Sud.

  • Les bienfaits de la spiruline

Des propriétés nutritives sans équivalent. Son palmarès sur un plan diététique est impressionnant. Cette petite algue bleue détient les plus hautes teneurs en protéines (60 à 70%) complètes et de qualité, en fer, en vitamine B12, en béta-carotène et en acide gamma linoléique. La spiruline est également riche en antioxydant, minéraux, oligoéléments, pigments et vitamines A, B, D, E et K. Enfin, elle est aussi riche en calcium, phosphore et magnésium que le lait. (Voir annexe Apports nutritif 10 gr spiruline). Au cours de la Conférence Internationale sur l’Alimentation de 1974, la spiruline a été reconnue comme aliment du 3ème millénaire par l’ONU. Elle offre un potentiel unique dans la lutte contre la malnutrition.

  • Une culture respectueuse de l’environnement

Sa culture requiert dix fois moins d’eau que n’importe quelle autre culture, pour un rendement protéique à l’hectare (30 à 50 tonnes) quinze fois supérieur au Soja (2,5 tonnes). (Voir annexe graphiques) Elle nécessite vingt fois moins d’eau que pour la culture céréalière, et 100 fois moins que l’élevage pour un rendement protéique cent fois supérieur (0,16 tonnes protéines à l’hectare pour l’élevage) Son séchage est effectué à moins de 60°C, en séchoir solaire et son conditionnement est fait sans conservateur, ni colorants. La spiruline est cultivée sans aucun fongicide, herbicide, ni insecticide, culture hors sol, elle ne provoque aucune nuisance sur l’environnement. Son rendement à l’hectare est très élevé. Grande productrice d’oxygène la culture n’émet pas de gaz à effet de serre (GES), au contraire elle consomme environ 40 tonnes de CO2 par hectare et par an.

Source: http://www.apeas.fr/Journee-Nationale-de-la-Spiruline.html

Extrait le 26 janvier 2012

Écrire un commentaire